Genrehorreur, drame, action, psychologique, yaoi
Contexte : Réaliste ou Fantastique

Tags : Contexte réaliste - Contexte fantastique - Garçons ♂

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.225.59.14) if someone makes a complaint.

Comments :

  • x-ASHES

    19/08/2018

    La vision d'Akira se faisait de plus en plus floue alors que sa respiration se faisait de plus en plus difficile, sa prise sur le poignet de Gabriel se relâchant malgré qu'il essayait au mieux de tenir bien qu'il sentait qu'avec toute sa bonne volonté ca ne suffirait pas.

    S'était sans compté la présence du garçon qui n'avait pas obéit, il fallait s'en douter. Le bruit de coups résonna dans les oreilles du professeur et il sentit l'air remplir bien trop vite ses poumons, le forçant alors à cracher ceux ci dans une violente toux.

    Ce n'est que lorsqu'il réussit à se calmer qu'il entendit les mots de Muu, relevant alors le regard vers lui alors qu'il continuait de respirer fortement, son corps tremblant légèrement.

    Il ne répondit rien aux propos du jeune homme, le suivant simplement du regard alors qu'il s'en allait avec le corps avant de s'allonger au sol, glissant une main sur son visage.

    ~

    Dehors, les policiers avaient bloqué tout le périmètre autour des mines et une équipe s'approchait à présent du lieu où se trouvait le bus accidenté, tombant donc sur les élèves survivants qui sortaient par le tunnel qu'avait emprunté Akira quelques heures plus tôt.

    Les étudiants, bien que fatigués, se précipitèrent vers les policiers.

    "C'est.. C'est notre professeur ! Vite !" dit l'un d'entre eux encore sous le choc, l'un des policiers prenant donc son talkie walkie pour prévenir ses collègues qui se trouvaient dans les mines.

    ~

    Le bruit de l'ascenseur qui descendait força Akira à se redresser et lorsqu'il vit les policiers dans celui ci et en sortir, dont un qu'il reconnaissait puisqu'il l'avait rencontré il y a quelques jours, il soupira de soulagement.

    "Vous en avez mit du temps, Officier Shiroyama c'est-"

    "Main en l'air !" cria Shiroyama tout en le menaçant de son arme, Akira fronçant alors les sourcils.

    "Non attendez c'est -"

    "Je le répèterais pas !!"

    Sentant que l'officier ne l'écouterait pas et qu'il n'avait clairement pas le choix, Akira finit par lever les mains, décidant qu'il attendrait que tout soit un peu plus calme pour s'expliquer.
    Shiroyama le força à se lever avant de lui menotter les mains dans le dos:

    "Akira Suzuki White vous êtes en état d'arrestation pour enlèvement, proxénétisme, trafic d'organe et tentative de meurtre." énonça l'officier avant de lui sortir l'éternel discours sur le fait de garder le silence et qu'il aurait le droit à un avocat forçant le professeur à abandonner son plan qui visait patienter que tout retombe.

    "No no wait !!" tenta-t-il avant que Shiroyama ne vienne lui murmurer quelques mots à son oreille, Akira écarquillant alors les yeux avant de commencer à se débattre violemment "Let me go !!!"

    ~

    Dehors, les étudiants étaient pris en charge par les secours présents avec les policiers, les parents étant également arrivés, voyant alors Akira, clairement fou de rage, qui continuait de se débattre alors que la police le sortait des mines et le conduisait jusqu'à une voiture où il fut enfermé.

    Bien entendu, les élèves essayèrent de parler de l'erreur qu'étaient en train de commettre les policiers mais rien ne fut pris en compte au vu de la situation et Akira ne fut donc pas libérer et fut emmené au poste de police.

  • x-ASHES

    17/08/2018

    Akira se rapprochait du lieu où se trouvait les mines, s'engageant sur la petite route sinueuse qui traversait la forêt, lorsque son attention fut attirée par une épaisse fumée qui s'élevait dans le ciel.

    Il gara son pick-up sur le bas côté de la route, il ne comptait pas se rapprocher des mines avec de toute façon, le véhicule faisait un peu trop de bruit, il en sortit rapidement avant de se mettre à courir jusqu'à arriver en face d'une partie de la barrière de sécurité complètement défoncée.

    Ni une ni deux, il descendit la pente, dérapant le long de celle ci avant de se stopper, yeux écarquillés lorsqu'il tomba sur le bus scolaire complètement retourné.

    "Non non non non." murmura-t-il en se rapprochant du véhicule avant de s'accroupir près de celui ci, posant une main sur la carrosserie alors qu'il regarda à l'intérieur de la carcasse en ferraille avant de s'asseoir, baissant le visage en glissant une main dans ses cheveux tout en soupirant.

    "Shit.." murmura-t-il tandis que sa main se resserrait sur ses cheveux, son corps faisant des petits mouvements d'avant en arrière, relevant un instant son regard vers les cadavres d'étudiants et celui du chauffeur qui décoraient le véhicule, les observant, un air absent et livide sur le visage.

    Il aurait pu rester ainsi très longtemps si des voix, assez lointaines, ne l'avait pas fait sortir de sa torpeur, le ramenant à la réalité.

    Il eut un petit sursaut, regardant autour de lui avant de se lever et suivre le son des voix, remontant un peu la pente avant d'arriver près du grande ouverture encadré de planche en bois. Au sol, de vieux rails rouillés. Le professeur n'eut aucun doute sur le lieu où se rendaient ses rails nul besoin d'être Einstein.

    Sans la moindre hésitation, le professeur s'engagea dans le tunnel, se faisant le plus discret possible. Au bout de celui ci, il remarqua qu'il se trouvait au niveau d'un étage de la mine puisqu'à celui d'en dessous se trouvait les élèves toujours en vie, ce qui dans un sens rassurait Akira, et leur ravisseur, aussi vivant bien évidemment, ce qui rassurait un peu moins le brun.

    Regardant autour de lui, il vit un vieux marteau posé au sol et s'en empara avant de continuer d'observer ce qu'il se passait. Les hommes semblaient assez agités, déplaçant de grosses caisses là où se trouvait l'ascenseur.

    Akira les observa placer les caisses dans l'ascenseur et vit une occasion d'aller s'occuper des étudiants lorsqu'il ne resta plus qu'un seul homme, les autres étant montés avec les caisses.

    Descendant, difficilement puisqu'une de ses mains maintenait le marteau, une vieille échelle, Akira se retrouva à l'étage inférieur et se rapprocha discrètement de l'homme qui restait, le frappant, au niveau de la nuque, à l'aide du manche du marteau, histoire de juste l'assommer.

    "Professeur !!" s'exclama l'un des élève attiré par le bruit que l'homme fit en tombant au sol.

    "Hush !" dit il rapidement avant de se rapprocher d'une première cellule, en cassant le verrou avec le marteau avant d'entrer et de libérer les élèves "Prenez l'échelle là bas, elle conduit à une autre sortie, dépêchez vous, je libère les autres." dit il avant d'aller s'occuper des autres cellules et des autres élèves.

    Il regarda un instant où en était les libérer, voyant qu'ils se débrouillaient bien, puis il se rendit à la dernière cellule, s'apprêtant à casser le verrou avant de voir qui se trouvait à l'intérieur. Muu et un cadavre, déchiqueté. La joie.

    "Je rêve.." grogna le professeur se retrouvant alors devant un sacré dilemme.

    Il tourna à nouveau son attention vers l'échelle, remarquant que les derniers élèves montaient celle ci avant de regarder Muu.

    "Si je te libère, tu m'égorges où je peux compter sur toi pour partir sans faire de vagues ? La police va arriver mais je ne suis pas assez cruel pour te laisser ici en espérant qu'ils te choppent avant les kidnappeurs et si ses mecs sont bien ceux auxquels je pense... Bref, je préfère encore que tu t'échappes. Problèmes, je ne veux pas risquer la vie des élèves. Tu peux te tenir ou pas ?" dit il avant d'attendre d'avoir une réponse mais son attention fut attirée par le bruit de l'ascenseur qui redescendait.

    "Fuck me." souffla-t-il avant de péter le verrou et se rapprocher de Muu, le libérant avant d'attraper le col de la chemise du jeune homme, l'aidant à se relever pour ensuite le tirer rapidement vers l'échelle et le faire passer devant lui "Dépêches -" son ordre fut coupé par le bruit d'un coup de feu, le professeur tombant à genoux, glissant une main sur son épaule, du sang commençant à traverser sa chemise.

    "Monsieur White. On ne peut pas dire que je suis ravi de vous voir." déclara Gabriel, arme fumante en main.

    "Tires toi.." murmura simplement le professeur à Muu "Les flics arrivent alors barres toi."

    Voyant Muu près de l'échelle, et ayant un peu vu le jeune homme à l’œuvre, Gabriel dirigea son arme vers le jeune homme "Pas de bêtises mon mignon. N'oublies pas ma petite proposition, elle tient toujours, je miserais même sur toi contre ce cher professeur White." dit le blond avant que, très faiblement, les sirènes de police se firent entendre.

    "On a peu de temps mon cher, que décides tu ?" demanda Gabriel alors qu'Akira le regardait du coin de l'oeil, toujours à genoux, sa main se pressant fortement sur sa blessure tandis que la seconde tâtonnait le sol avant de tomber sur une pierre, la lançant alors rapidement sur Gabriel, touchant alors l'homme qui se cambrant, appuyant malencontreusement sur la gâchette de son arme, la balle ricochant à plusieurs reprises, tandis qu'Akira se jetait sur le blond qui en lâcha son arme.

    "TIRES TOI !!" cria-t-il tout de même à Muu alors qu'il essayait de maintenir Leroy au sol avant que celui ci ne le frappe, le brun finissant au sol, l'autre professeur le surplombant alors avant de venir encerclé la gorge d'Akira de ses doigts.

    "Vas y White supplies moi. Supplies moi de te laisser en vie. Supplies moi comme ce cher cheeer Helio." susurra le blond à Akira, ce dernier essayant de se débattre le souffle lui manquant cruellement, ses mains maintenant les poignets de Leroy afin d'essayer de le faire lâcher prise.

  • x-ASHES

    11/08/2018

    Les cris de l'étudiant attirèrent l'attention de Gabriel et de ses hommes, ceux ci étant prêt à intervenir avant que le professeur ne les arrête.

    "C'est trop tard pour le gamin." dit il en se rapprochant de la cellule "Heureusement qu'on ne les a mit que par deux, j'aurais pu perdre tout mon butin avec ce garçon." remarqua-t-il alors qu'il fixait Muu avant qu'un fin sourire ne se forme sur ses lèvres.

    "T'es le gamin qui a buté l'étudiant à la fac hm ? Le travail est tout aussi sale que ce qu'il y avait dans les toilettes de l'université." dit-il tout en croisant les bras:

    "Tu pourrais être intéressant pour certain de mes clients qui mettent en place des petits combats, je suis sûr que pas mal mettraient un bon prix pour t'avoir et être être un de leur combattant, t'aurais de quoi te défouler. A voir si tu préfères ca à la balle dans la tête, mais faudra rester calme. Remarques, je ne suis même pas sûr que tu sois en état pour être capable de réfléchir."

    Il regarda Muu comme pour voir si oui ou non le garçon était à l'écoute avant d'ajouter "Ca ou la vente de tes organes, y aura pas une grande différence sur ce que je gagnerais. Peut être que j'aurais un petit pourcentage sur tes combats, à voir. Réfléchis. T'as jusqu'à demain pour me donner ta réponse. En attendant, tu peux finir de manger."

    Le professeur resta encore quelques secondes devant la cellule avant de finalement se retourner et s'en aller.

    Finalement, Gabriel n'eut pas de nouvelles de son collaborateur et des camions, il comprit donc que tout ce ferait le lendemain.

    Tout au long de la nuit, les hommes échangèrent leur tour de garde afin de surveiller les gamins. Au petit matin, Gabriel reçu un appel, la personne au bout du fil lui confirmant que les camions arriveraient fin de journée.

    ~

    Dans une toute autre ambiance, dans le centre ville, Akira entrait dans sa salle et accueillait ses élèves pour son premier cours. Laissant les étudiants s'installer, il fit ensuite l'appel et lorsqu'il remarqua que plusieurs de ses élèves étaient absent il fronça légèrement les sourcils.

    "Où ils sont les autres ?" demanda-t-il aux étudiants présents tout en relevant le visage.

    "Aucune idée monsieur, ils sont allés en sortit hier mais je ne sais pas quand ils devaient rentrer."

    "Je suis pas au courant de ca. En sortit avec qui ?"

    "Le professeur Leroy."

    "Leroy ?" murmura-t-il tout en regardant ailleurs, posant ses mains sur son bureau alors qu'il se trouvait debout derrière celui ci. Les sourcils toujours froncés, il finit par fermer les yeux en se pinçant l'arrête du nez et, comme si il eut un flash, il ouvrit rapidement les yeux tout en se redressant et souffla un "Merde" avant de se rapprocher de l'étudiant qui lui avait répondu jusque là.

    "Où est ce qu'ils sont allés ?!"

    "Hein ? Euh.." fit l'étudiant, restant silencieux en réfléchissant.

    "Où ??!!" répéta le professeur, apparemment très nerveux et angoissé.

    "Dans les mines ! Ne me criez pas dessus !"

    "Les mines.. Okay prévenez le directeur que des étudiants se sont fait enlever et qu'il doit appeler et envoyer des flics aux mines ! Grouillez vous !!" dit il avant de rapidement récupérer ses affaires et sortir de la salle en courant, des élèves se levant à leur tour et s'en même comprendre ce qu'il se passait, obéirent aux professeurs en allant prévenir le directeur.

    Akira se dépêcha de sortir de la fac pour rejoindre le parking et notamment son pick-up, galérant un peu à faire démarrer celui ci tout marmonnant un "Mais dépêches.. Dépêches.." avant que le véhicule ne démarre enfin, le professeur prenant alors la direction des mines.

  • x-ASHES

    09/08/2018

    (Ca va du coup j'ai ce qu'il me faut !)

    Les fouilles des étudiants continuait sous la surveillance de Gabriel. L'homme qui s'occupait de Muu, fronça les sourcils et se redressa en sortant ce que contenait les poches du garçon: Le couteau et le clou.

    "Gabriel." appela l'homme, Leroy s'approchant alors de lui alors qu'on lui montrait l'arme blanche et le clou.

    "Pas commun pour un étudiant. T'as ses papiers ?" demanda le blond tout en récupérant l'arme, l'analysant du regard.

    "Non, rien d'autre."

    Leroy tourna, seulement, ses pupilles vers Muu, tout en donnant le couteau à un autre de ses subordonnés:

    "C'est pas un étudiant je suppose. Gardes le à l'oeil. Shooté si il le faut. Rajoutes des liens, vu ce qu'il trimballe sur lui on ne sait pas ce dont il est capable, je vais prévenir Lu et lui dire de nous ramener une glacière. C'est probablement pas une bonne idée de le filer à nos clients mais ils cracheront pas sur ses organes."

    L'homme hocha le visage alors que Gabriel s'éloigna tout en annonçant "On le tuera avant de partir et on s'en occupera dans le camion." tandis que comme ordonné, il ajouta des liens autour des poignets et chevilles de Muu, les serrant autant qu'il le pu avant de se lever et de sortir de la cellule, verrouillant le gros cadenas rouillé qui maintenait la porte fermée.

    Le temps passa et les premiers étudiants commencèrent à se réveiller et à paniquer.

    "Hey hey "mes beautés" on se calme ou ca termine avec une balle dans la tête." annonça Gabriel, un doux sourire naissant sur ses lèvres tandis que les étudiants essayaient de se calmer, certain sursautant légèrement lorsque la sonnerie du téléphone du professeur se fit entendre.

    "Ouais." dit il en décrochant, écoutant attentivement son interlocuteur avant de froncer les sourcils "Tu te fous de moi." soupira-t-il avant de faire claquer sa langue contre son palais "Fais ce que tu peux, on a jusqu'à demain soir max." ajouta-t-il avant de raccrocher.

    "Un problème ?" demanda l'un de ses hommes.

    "Les camions sont bloqués, un accident de poids lourds où je ne sais quelle merde." répondit Gabriel, visiblement agacé tout en regardant sa montre "D'après Lu ils en ont pour des heures et lui est bloqué sur place, il pense qu'ils arriveront plutôt demain." il fit à nouveau claquer sa langue contre son palais:

    "Heureusement que j'avais prévu ce genre de choses, sinon on aurait dû tout laisser tomber. La fac et les parents s'alerteront pas pour ce soir mais demain faudra qu'on se grouille."

  • x-ASHES

    07/08/2018

    Le groupe d'homme commença à se disperser afin de vérifier que chaque étudiants étaient bien endormit, mais aussi afin de leur ligoter pieds et mains.
    L'homme qui s'était approché de Muu, et qui le surplombait à présent, attrapa la mâchoire du jeune homme dans une poigne ferme, tournant la tête du garçon de droite à gauche avant de le relâcher et se redresser pour récupérer une corde.

    Lorsqu'il se pencha à nouveau, il eut un petit sursaut en voyant les yeux du jeune homme s'ouvrit brutalement et dans un mouvement de panique, attrapa l'arme à sa ceinture et frappa brutalement la tête du blanc.

    "J'ai dis de ne pas les abîmer !!" hurla férocement l'un des hommes, le commanditaire, tout en donnant un coup de pieds dans les côtes de l'homme pour le dégager.

    Il récupéra les cordes et ligota Muu avant de se redresser et, enfin, retirer son masque maintenant que la fumée s'était dissipée. Leroy.

    "Foutez les dans les cellules, les camions n'arrivent que ce soir." ordonna-t-il par la suite, les hommes s'exécutant alors.

    Chacun d'eux attrapa un étudiant pour le mettre lourdement sur leurs épaules afin de les amener aux dîtes cellules, ceux ci sous la surveillance de Leroy.

    Le professeur finit par froncer les sourcils "He stop." dit il a l'un des hommes qui prenait une demoiselle avant de s'en approcher et de regarder l'autre étudiante à leurs pieds.

    "Des jumelles ?"

    "Ca plait à certain." répliqua l'homme alors que Leroy secoua légèrement là tête tout en faisant un petit "Tss tss" avec sa langue contre son palais, sortant son arme et tirant dans la tête de la jeune fille toujours au sol.

    "J'aime les pièces uniques." dit il en s'éloignant et en faisant signe à l'homme d'embarquer la jumelle survivante.

    Petit à petit chaque étudiant fut placer dans les cellules, leurs liens attachés à des cercles en métal scellés au mur.

    "Videz leurs poches et détruisez les téléphones, même si les signaux sont coupés ici on est jamais trop prudent." ordonna ensuite Gabriel, les hommes obéissants aussitôt.

  • x-ASHES

    07/08/2018

    De loin, le guide salua, d'un signe de main, Gabriel resté près du bus. Le professeur observa l'autre homme entrer dans les mines en compagnie du premier groupe d'élève avant de monter dans le bus.

    "On réveille les élèves Monsieur Leroy ?" demanda le chauffeur du bus scolaire tout en se levant de son siège.

    "Hm ? Oh non ce ne sera pas nécessaire." répliqua le professeur tandis que le chauffeur lui adressa un petit air d'incompréhension, Leroy souriant alors légèrement tout en fouillant dans l'une de ses poches pour en sortir un petit objet ressemblant à un manche et dans un geste vif il en fit ressortir la lame qui était repliée à l'intérieur, la plantant brutalement dans le torse de l'homme, ne donnant même pas l'occasion au chauffeur de hurler.

    Le coeur de l'homme ayant été immédiatement atteint, il s'écroula au sol, mort sur le coup.

    Le blond ne perdit pas de temps, délogeant le frein à main avant de sortir du véhicule dans un petit saut alors que celui ci reculait d'abord lentement, le sol étant légèrement en pente, avant de prendre de la vitesse, restant en ligne droite et finissant, par conséquent, par butter dans la rambarde de sécurité qui longeait la route, et dévaler le reste de la colline dans la forêt.

    Un nouveau sourire se forma sur le visage de Gabriel lorsqu'il entendit le bruit fracassant que fit le bus en buttant contre des arbres ou autre obstacle sur son chemin, forçant probablement le véhicule à se retourner et finir sa course en "roulade".

    Une fois le silence revenu, le professeur porta son attention vers la mine et commença à s'y diriger.

    Dans celle ci, le bruit du bus s'était fait entendre par les élèves qui était en dernier dans la file alors que le groupe s'était déjà pas mal enfoncé dans le lieu en compagnie du guide.

    "Qu'est ce que c'était ?" demanda l'un d'eux en se tournant pour observer le couloir qui menait à la sortie.

    "Il y a pas mal d'affaissements de terrain dans le coin, ca peut être assez impressionnant quand on est pas habitué." déclara le guide qui continua de marcher jusqu'à amener le groupe en face d'un vieil ascenseur.

    Il récupéra le sac qu'il avait sur son dos, le posant au sol avant de s'accroupir pour fouiller à l'intérieur, et en sortir un masque à gaz.

    "On va avoir besoin de ca monsieur ?" demanda l'une des élèves, pas vraiment enchantée de porter ce genre de chose.

    "Non, pas vous." déclara le guide qui enfila le masque alors qu'un petit bruit métallique se fit entendre contre le sol, une lourde fumée envahissant très vite les lieux.

    "Qu'est ce qu'il se passe ??" s'exclama un autre élève en regardant autour de lui tout en reculant avant de s'arrêter lorsqu'il sentit son dos butter contre quelque chose, se tournant alors pour se retrouver face à un groupe d'hommes, portant également des masques, et bloquant le passage en attendant que les élèves ne finissent par s'endormir, observant ceux ci tomber comme des mouches en restant silencieux.

    L'un des élèves, un peu plus résistant apparemment, essaya de s'échapper en se maintenant au mur, avançant très lentement et difficilement, complètement groggy. Un homme au masque pointa l'arme qu'il avait en main vers lui, près à tirer dans la jambe du jeune homme.

    "Ne les abimer pas." dit froidement un dernier homme qui arrivait et qui portait également un masque, il attrapa le jeune homme par le col de sa chemise, le repoussant pour qu'il rejoigne le groupe, le garçon tombant au sol avant de ne plus avoir la force de se débattre et finir par s'endormir.

  • Diabolitika

    04/08/2018

    Christa :

    Elle était connue pour ses livres d'horreur, mais pas le genre qui donnait un peu la chaire de poule. De vrais livres qui vous glaçait le sang et vous faisait faire des cauchemars pendant des semaines entières. Donc malgré son jeune âge, 26 ans, elle était déjà une auteur reconnue par ses paires. Elle possédait une grande communauté de fans qui l'adoraient. Pourtant, elle était loin d'être une femme facile. Loin de là, elle était même plutôt chiante à vrai dire, enfin non elle était insupportable tout simplement. Parce que même si Christa était belle, son caractère était affreux en revanche. Elle était souvent grincheuse, hautaine, méchante et capricieuse, sans parler de l'égoïsme. Donc clairement les gens ne l'appréciaient pas vraiment, chose qui l'arrangeait parce qu'elle détestait également les gens en général depuis toujours. Alors si personne ne voulait lui parler, elle s'en battait totalement les reins. Mais bon, elle devait quand-même supporter quelques personnes malgré tout.

    Comme son éditrice par exemple. Même si elle avait horreur que celle-ci vienne chez elle. Bon là, il y avait une raison en plus que le fait de ne pas aimer les autres personnes. Bien que ce soit lié. Car Christa n'était pas une banal écrivain, non, elle avait découvert qu'elle n'avait pas un don depuis toute petite. Tout ce qu'elle écrivait parvenait à prendre vie si on ouvrait le livre original où il se trouvait. Et autant dire qu'elle avait toujours peur que quelqu'un n'ouvre un de ses livres. Car les choses qui se trouvaient à l'intérieure étaient extrêmement dangereuses. Alors les libérer était tout sauf une bonne idée. Problème aussi que parfois des bruits s'échappaient de ces livres. Comme des grognements ou des gémissements. Du coup, elle avait investi dans divers objets plus étrange ou glauque les un que les autres, histoire que personne ne s'occupe de l'étagère des livres. Pour le moment, ça avait plus au moins bien fonctionner, donc elle n'avait franchement pas trop à se plaindre.

    Ce soir-là, son éditrice était à la maison pour discuter de son prochain ouvrage. C'était bien les seuls moment où la jeune femme écoutait plus au moins ce qu'on lui disait, même si elle en faisait quand-même pas mal à sa tête, ne voulant pas retirer certaines chose. Une fois l'entretient fini, elle laissa s'en aller la femme avant de soupirer de lassitude, enfin jusqu'à ce qu'un bruit n'attire son attention. La jolie jeune femme fronça les sourcils avant de se diriger vers le salon où elle s'empara d'une batte de baseball. Le bruit venait de la pièce un peu plus loin, là où se trouvait la fameuse étagère à livre. Son coeur battait fort dans sa poitrine, elle aurait pu appeler le garçon qui vivait avec elle, mais elle préférait ne pas attirer l'attention, sait-on jamais qui se trouvait là. Elle avança prudemment avant de rester près de la porte, respirant un bon coup, elle rassembla son courage avant d'entrer dans la pièce brusquement.

    - Hey, barrez-vous de chez moi !!

  • x-ASHES

    31/07/2018

    Autant dire que le professeur, encore une fois, n'avait pas passé la plus excellente des nuits avec ce qu'il s'était passé la veille et qu'il comptait bien passer la journée avec comme carburant, du café.

    En arrivant à la fac, il avait constaté que des policiers étaient toujours sur place à investiguer, ayant d'ailleurs bloqué une bonne partie de la fac, interdisant l'accès à tout les lieux autour de la scène de crime mais le brun ne s'en préoccupa pas, se dirigeant vers sa salle de classe après s'être récupéré un énième café, ignorant également la voix de Leroy qui résonnait dans le couloir, l'autre professeur semblant réunir ses élèves pour une quelconque sortie.

    Il ne remarqua donc pas que l'une de ses élèves habituelle se trouvait parmi le groupe.

    Akira avait beaucoup de mal avec cet homme, il avait quelque chose de familier, de désagréablement familier et n'ayant jamais pu mettre le doigt sur ce que s'était, et le caractère du français étant de toute façon plus qu'horripilant, il préférait l'ignorer au mieux.

    Gabriel Leblanc de son côté venait de terminer de faire l'appel et sortait donc de l'université avec son groupe d'élève, afin de rejoindre l'autocar qui les attendait dehors, faisant monter les élèves à l'intérieur avant d'en faire de même et s'installer alors que le chauffeur fermait les portes avant de démarrer le véhicule et se rendre sur le lieu de leur sortie.

    L'autocar sortie de la ville afin de rejoindre un endroit assez reculer où se trouvait de vieilles mines, plusieurs panneaux les annonçant d'ailleurs sur le chemin, la longueur du voyage achevant au passage plusieurs élèves qui s'étaient donc endormit.

    Alors qu'ils approchaient des mines, Leblanc quitta son siège et observa les étudiants réveillés, leur chuchotant alors "Bon ca va me faciliter les choses pour les groupes. Tout ceux réveillés vous ferez la visite les premiers avec le guide pendant que patienteraient ici avec ceux encore endormit."

    Le chauffeur finit par se garer sur le parking Leblanc descendant le premier tout en demandant aux étudiants de ne pas réveiller leur camarade mais qu'il s'en chargerait.

    Une fois le premier groupe formé, il pointa l'entrée de la mine "Le guide doit vous y attendre dépêchez vous !"

  • Erza-Uchiha

    18/07/2018

    (Pour la réponse^^)

  • Erza-Uchiha

    18/07/2018

    Thomas :

    *Chut, Chut...pas de bruits. La fumée d’une cigarette envahissait la pièce plongée dans les ténèbres. « Everything is black... » Les boucles délicates et rousses reflétaient la petite lueur au bout de l’instrument et des quelques braises qui réussissaient à s’échapper en virevoltant jusqu’au sol. Le jeune homme assistant à son propre spectacle et conversant avec le vide, ses lèvres bougeant avec empressement. Les murmures se perdirent dans la pièce vide, résonnant contre les murs dénudés.

    « Pourquoi...pourquoi? Encore? Quand? Combien de temps? Le temps presse...Silence. »

    Il tendit l’oreille, un raffut indescriptible se produit tout proche, dans l’une des salles certainement. Une dernière bouffée de tirée puis il se redressa lentement, dépliant chacun de ses muscles, les os craquant sous le mouvement et l’échine frissonnante. A l’affût...Son corps tout dans l’allongé se bouscula, ondulant lentement vers la source du bruit. Un animal marchant en alerte, ramassant la surface sur laquelle il marchait avec lui, s’appropriant le territoire.
    Son terrain.

    "Manger. Trois éléments de vie. Manger. Apporte lui. N’oublie pas...Pas d’erreurs."

    Ses fortes mains attrapant un plateau garni sur le bord d’une table basse et une lampe torche. Le faisceau hésita en grésillant chaleureusement avant d’éclairer pour de bon et indiquer le chemin sur le parquet grinçant. Thomas approcha.

    « Non, non...n’approche pas! Pas maintenant! Que fais-tu? Garde. En garde! Laisse. »

    Ses pas s’arrêtèrent et pivotèrent vers la porte fermée de gauche. L’ombre s’étirant sous celle-ci, trahissant sa présence. La poignée tourna, actionnant le mécanisme et un petit bruit se décliqueta. Son pied poussa cette dernière rapidement, le faisceau entra aussi violemment et pointa le silhouette par terre.

    - Good guy. Good child.

    La figure de l’inconnu à demi camouflée par la pénombre affichait un bien étrange rictus, on pouvait apercevoir peut-être des dents en pointe, taillées comme celles d’un requin. Le calme régnait enfin, un silence planait, le temps semblait paralyser et rien ne bougeait. Seul l’unique lueur tremblotait timidement sur le sujet. Elle re dessinait son contour, le plaquant contre les planches. Interdit de bouger. C’est alors que ce personnage se remit à parler, d’une voix plus douce, plus féminine.

    - Tu as faim peut-être? Tu ne veux pas un peu d’aide? J’ai ce qu’il te faut. Manger. Dormir. Baiser. Les trois règles de l’Homme. Veux-tu prêter serment? Accepte donc les testaments mon enfant~

    Il fit un pas en avant et s’installa en face de son invité, posant le plateau et le poussa vers lui du bout des doigts.

    - Tu dois bien avoir un nom, n’est-ce pas? Une jolie chose qui te détermine des autres. Hum. Je suis ravie de te savoir là, tu en as mis du temps...Papa ne sera pas content. Hum.

    La lampe tomba dans un bruit métallique et roula plus loin. Des mains blanches s’avancèrent, bravant le peu de visibilité, elles étaient là et effleurèrent d’abord le torse du jeune avant de remonter à son visage et de s’y appuyer, ancrant une emprise froide et douce à la fois.

    - Tu es enfin chez toi...de retour. Bienvenue.

    La scène était absurde bien sûr, les propos que tenaient l’étranger douteux et incompréhensibles mais ils étaient prononcés avec tant de conviction qu’ils pouvaient convaincre et confondre n’importe quelle personne saine ou déstabilisée.*

Report abuse