Genre
sport, comédie, drame, psychologique, horreur, romance, amitié, yaoi
ContexteRéaliste

Tags : Contexte réaliste - Garçons ♂

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.128.159) if someone makes a complaint.

Comments :

  • ene

    25/06/2018

    Remon ;

    Rien n'y faisait, plus il s'exprimait, plus elle s'agaçait de son attitude. Pour qui se prenait-il de juger les autres ainsi ? Il était un étudiant comme les autres ! Tout ce qui le différenciait était ce pouvoir qu'il possédait et que personne n'osait contredire. Ses poings se resserraient, elle se mordillait la lèvre inférieure en retenant tant bien que mal toute cette frustration qu'il lui faisait éprouver. Qu'elle voulait lui cracher au visage mais elle s'était stoppée, se contentant d'abaisser légèrement son visage. S'il pouvait vraiment trouver une autre capitaine, elle perdrait aisément sa place dans l'équipe et c'était quelque chose qu'elle ne voulait pas voir arriver. Si elle parvenait à relativiser c'est parce qu'elle pouvait se dépenser chaque jour avec le sport.

    Lui, il ne pouvait rien comprendre. C'était un homme de plus, un de ces hommes qui se croient les meilleurs car ils ont tout eu dès leur naissance. Un de ceux qui prend les autres de haut et trône seul en toute quiétude pendant que les autres sont asservis, existence misérable. Ah, il ressemble à son père au final. Sauf que ses mots sont plus aiguisés, comme des crocs qui se referment sur ses proies. Elle ne croisait plus son regard, elle tentait d'être de nouveau passive, son honneur, sa dignité devait être conservé d'une manière ou d'une autre. Si elle en perdait un morceau ici, elle le récupérerait en gagnant des matchs lors de la future compétition.

    - ... Je ne pleurerai pas si facilement...

    Chuchota la blondinette alors qu'un frisson parcourait son corps. Un sentiment de peur presque. Ses doigts s'arrêtant sous sa gorge, elle ravala sa salive. C'était un excellent moyen d'intimider les autres, elle se sentait prise de cours en fixant un instant son dos. Il l'avait dit, il reviendrait et cela ne la rassurait pas. Elle avait tellement fait de son mieux pour rester courtoise et pour ne pas être insolente mais son impulsivité n'avait pas supporté cet échange et elle se retrouvait dans une mauvaise posture. Cependant, il était trop tard pour y pensr, il fallait qu'elle se dirige en classe. Elle pivota, avançant dans l'allée pour rejoindre le bâtiment et gravir les escaliers qui l'amenaient vers sa classe. Une fois devant la porte, elle salua l'ensemble des étudiants, rentra et s'assit à sa place, au fond du côté de la fenêtre.

    Puis, les cours commençaient et il n'y avait rien à en tirer. Remon avait l'esprit ailleurs, tourmentée par ce geste qui n'était certainement pas délicat. Elle prenait des notes, répondait lorsque le professeur posait des questions et se tenait à carreaux comme toujours. Peu de monde venait l'ennuyer, son caractère fort était connu de ses camarades mais cela ne l'empêchait pas de s'entendre avec les filles de la classe. Les heures défilaient, lentement mais sûrement, elle en venait presque à oublier la scène de ce matin, un mauvais rêve. C'était l'heure de la pause du midi, ils n'étaient pas dans les mêmes classes et elle pourrait sûrement réussir à l'éviter plus facilement que prévu.

  • MeetEvil

    24/06/2018

    Serena :

    Elle s’attendait de toute façon à ce qu’il ramène sa ‘’ précieuse ‘’ personne dans la salle de bain alors qu’elle y était encore. On parlait de Rynosuke là, ça n’avait absolument rien d’étonnant. Et il avait raison, elle aurait fait exactement la même chose. Enfin c’était bien ce qu’elle avait fait la première fois qu’ils avaient couché ensemble. Aussi, elle eut un sourire amusé quand il lui fit savoir qu’elle aurait pu l’inviter au lieu de faire sa petite affaire seule dans un coin. D’ailleurs, elle ne se stoppa pas pour autant, continuant son petit plaisir en solitaire. Elle ricana légèrement avant de répondre au rouge qui se trouvant à même pas 2 mètres d’elle.

    - Pourquoi ? Je me débrouille très bien toute seule.

    Un léger gémissement lui échappa alors que sa respiration devenait légèrement saccadée par le plaisir qui montait en elle. Disons que avant de sauter le pas avec Rynosuke, elle s’était quand-même déjà masturbée, donc elle savait comment faire pour se faire du bien. Et elle n’allait pas quémander son aide, on parlait quand-même de Serena là. Ce serait de la faiblesse que de demander à son rival de la soulager. Il y avait toujours ce jeu de savoir qui dominerait qui et hors de question de se soumettre. Sa main livre vint jouer avec un des seins, pinçant légèrement le mamelon ce qui la fit gémir de plus belle alors que un brasier s’allumait au creux de ses reins. Elle devait avouer que depuis qu’elle couchait avec des hommes, c’était un peu frustrant quand elle était seule. Elle aimait se sentir remplie comme il faut.

    Bien que même si elle ne l’avouerait jamais, même sous la torture, elle n’avait jamais pris son pied aussi fort que lorsque qu’elle l’avait fait avec le rouge. Probablement parce que lui n’avait pas peur de lui faire du mal et elle adorait ça. La preuve, le simple fait qu’il l’ait étranglée l’avait fait mouillé en un rien de temps. Et c’était encore ce qui l’excitait actuellement.

    - D’ailleurs, est-ce que je t’ai permis de t’inviter dans mon bain ?

  • ene

    20/06/2018

    Remon ;

    Bien qu'il restait silencieux, son sourire la rendait méfiante. Elle ne savait jamais comment il allait réagir ni avec quelle intensité. Il était difficile de savoir sur quel pied danser en sa présence. Surtout après lui avoir répondu, avoir franchi une limite. Il étire ses lèvres, elle ravale sa salive, recule un peu pour maintenir une distance de sécurité. Il est capable du pire, elle n'en doute pas mais elle ne regrette pas de parler. Cependant, il se retourne, elle hausse un sourcil, perplexe.

    L'instant suivant, ses chevilles s'entrechoquent et elle tombe, fesses au sol, lui lançant une douleur soudaine. D'ordinaire, Remon était maladroite donc elle n'est pas surprise d'avoir fini au sol. Sauf que ce n'était pas de son fait, il avait provoqué quelque chose. Sa main serrant son haut et sa poigne sur sa gorge, l'oppressant. Elle se mord la lèvre, relève ses yeux pour lui lancer un regard noir. Ses jambes se serraient, sa main appuie sur sa jupe pour masquer une vue humiliante et elle tremble de rage. Non, elle ne s'inclinerait pas. Pas cette fois.

    - Et après ? Il y aura d'autres compétitions. Nous sommes des éléments clés de nos équipes. Sans l'un, elles seront incomplètes !

    C'est trop tard pour l'arrêter. Il l'a mise au sol. Elle s'est sentie rabaissée et la colère l'a gagnée. Trop tard pour pardonner, pour repartir sans un mot. Elle s'accroupit pour se lever et masser discrètement son derrière qui a encaissé ce choc. Ses poings se serrent, ses ongles s'enfoncent dans sa peau, elle ne lui dit rien de plus. Mais il doit ressentir son aura, celle qui crie qu'elle n'est pas à terre pour autant. Qu'elle gagnera et le laissera sans critique à la fin du match. Elle a la hargne de gagner. Sa main se perd dans ses cheveux pour les lancer derrière son épaule. Ce n'est pas de la moquerie, de l'arrogance, simplement de la franchise.

    - Nous n'avons aucun intérêt à nous côtoyer en dehors de nos rôles. Je te suis reconnaissante d'avoir accepté ce planning, c'est tout.

    S'il en reste là, elle ne le cherchera pas d'avantage. Tout dépend de ce qu'il va envisager. Elle tente encore de se faire entendre, le dos droit, la fierté dans le sang. Cette chute n'a fait que renforcer ce qu'elle est et sa langue n'est pas prête de s'arrêter. A ses périls, elle est trop impulsive et ne peut s'empêcher de rajouter, pour finir enfin cette conversation selon elle.

    - Tu as quelque chose à en redire ?

    Il ne pouvait qu'être d'accord avec elle ; ils n'avaient nul besoin de s'entendre ou de se parler tant qu'ils gagnaient.

  • MeetEvil

    08/06/2018

    Serena :

    Elle leva les yeux au ciel face à la réponse du rouge. Elle savait très bien qu'il fallait s'en débarrasser, mais ce qu'elle demandait c'était quel allait être le plan. Avait-il une idée ? Bien que la blonde écouta la suite attentivement. C'est vrai qu'elle était aussi curieuse de savoir ce que cette sale petite garce pouvait bien être pour réussir à les maîtriser aussi facilement. Même si pour sa part, elle avait été assez attirée par cette étrange femme, enfin surtout par ses yeux qui ressemblait à une mer d'azure. Et puis même le reste de son physique était séduisant, elle était vraiment très jolie. Il fallait savoir que Serena n'avait rien contre avoir des relations avec des personnes du même sexe, bien que jusqu'ici, elle n'en ait pas eu l'occasion. Enfin, là, elle fantasmait toute seule sur cette drôle de femme. Elle eut un petit rire face à la remarque du rouge quand à rentrer avec les larmes de Taro.

    - Moi, commença la blonde alors qu'une lueur folle s'allumait dans son regard, je rentrerai carrément avec ses yeux.

    Un ricanement terrifiant lui échappa. Oh oui, elle se ferai un plaisir de conserver les yeux de cette petite garce dans un bocal avec du formole. C'était absolument glauque comme idée, mais cela la faisait frissonner d'excitation, elle voulait voir cette sale blonde rendre l'âme sous ses yeux et encore mieux si s'était par sa main. Mais pour le moment, la jeune femme se contenta de finir de manger tranquillement avant de se lever pour aller déposer son assiette dans le lave-vaisselle, puis elle quitta la cuisine en lançant au rouge au passage.

    - Si tu veux te resservir fais-toi plaisir, on verra le reste après, je vais prendre un bain.

    La maitresse des lieux grimpa ensuite à l'étage sans attendre de réponse, se rendant dans la grande salle de bain. Puis elle se déshabilla tranquillement, jetant un coup d'oeil à sa culotte qui était encore humide. Et ben, c'est qu'il l'avait excitée bien plus que prévu cet idiot de rouquin. Un rictus se dessina au coin des lèvres de la jeune femme alors qu'elle jetait le bout de tissus dans le panier à linge. Serena alla se laver alors que l'eau coulait dans la grande baignoire. Au Japon on se lavait généralement avant de rentrer dans le bain et elle respectait ça, enfin pas toujours, mais la plus part du temps. Une fois propre, la demoiselle alla donc se glisser dans l'eau chaude, un soupire d'aise lui échappa. Elle profita de la chaleur qui détendait ses muscle avant de passer sa main sur son cou une nouvelle fois. La scène d'étranglement lui revenant en tête, cela lui provoqua de délicieux frissons alors qu'elle sentait une douce chaleur se répandre dans son bas ventre. Elle laissa finalement ses doigts glisser sur son ventre avant de terminer leur parcoure entre ses jambes.

  • ene

    04/06/2018

    Remon ;

    C'était frustrant. Être réduite à se comporter ainsi simplement pour ne pas subir un contrecoup. Elle osait lever le regard, redresser sa tête sans y voir un symbole d'insolence, c'était juste la posture que tout élève devrait avoir en s'adressant à un autre. Et pourtant, le mal-être ne la quittait pas, il ne disait rien, il la jaugeait. Ce silence ne la stresse pas davantage, il l'agace juste. Pourquoi reste t-il ainsi ? Elle eut un vain mouvement de recul quand sa main se dirigea vers sa mâchoire pour attraper ses joues.

    …. La colère grimpait en elle. Ses joues maintenues devaient vraiment lui donner un air d'enfant. Déjà qu'elle n'était pas bien grande, il la prenait pour un jouet ? Ses yeux émeraudes se portent dans les siens, elle l'écoute, elle ne dit rien. Pas tout de suite. Cependant, ses poings se serrent, ils tremblent. C'est tellement déplaisant, ce sentiment d'infériorité. Et pourquoi elle s'y plie ? Pour ne pas avoir d'ennuis. Pour rester dans le moule et ne pas être prise en grippe. Mais était-elle vraiment capable de rester inoffensive alors que tout autre garçon aurait subi une remarque cassante ? Non. Elle ne le pouvait décidément pas.

    Dès qu'il retire sa main, elle se redresse, ses sourcils viennent se froncer, elle semble furieuse. Son impulsion la fait poser ses mains sur ses hanches dans une lueur de conflit. Jusqu'ici elle avait réussi à se tenir à carreau, à ne pas le chercher, à ne pas le croiser car elle saurait ce qu'il en résulterait. Une crise, un féminisme qu'elle ne cache plus. Enfin, il aurait sûrement dit les mêmes choses à un homme mais cela ne la touche pas.

    - Je veux bien m'excuser pour mon retard et courber poliment l'échine devant toi mais.... Pourquoi est-ce que je devrais me mettre à genoux ?! Il y a des limites au règne d'une personne ! Je veux bien te supporter mais ne pense pas que pour autant tu me domines !

    La fierté. La dignité. De beaux concepts forts admirables. Tant qu'on peut s'assurer de les suivre. Elle ne manqua cependant pas de l'écouter quand à la répartition du gymnase. C'était la raison de leur rencontre. Rester dans le top était une obligation. Son esprit de compétition et sa volonté de gagner étaient des valeurs dont personne ne pouvait douter. C'est bien pour cela que les membres de son équipe l'avaient nommé Capitaine et qu'elles avaient cette confiance presque aveugle en elle. Remon croisa ses bras sous sa poitrine, un geste qui pourrait paraître provocant si elle en avait eu conscience. Malgré son geste rabaissant, il était plutôt consciencieux sur leur club.

    - D'accord. Les professeurs m'ont autorisé à utiliser le gymnase samedi, cela sera largement suffisant pour que nous assurions la première place... Merci.

    Ajouta la blonde sans vraiment en connaître la raison. Car il partageait également et ne chercher pas à leur mettre des bâtons dans les roues. Nombre d'hommes d'autres clubs essayaient toujours de se démarquer par rapport aux filles pour être au devant de la scène. Ce n'était pas rare toute cette rivalité.

  • ene

    30/05/2018

    Remon ; 

    Le bus devait avoir démarré depuis cinq minutes seulement, ses cinq minutes avaient suffit à Remon pour s'assoupir, sa tête posée sur la vitre du car, son portable dans l'une de ses mains, le serrant fortement. Elle n'était pas profondément endormie, clignant parfois des yeux pour vérifier qu'elle n'était pas encore devant l'établissement.Les nuits n'étaient jamais très agréables, son paternel était décidément une ordure. Il travaillait peu, il rentrait pour boire son alcool et faire acte de violence... Cela était épuisant à la longue. C'était sa dernière année, après elle quitterait le foyer et commencerait à faire carrière dans un métier quelconque. Peut-être qu'elle deviendrait une athlète sportive.... Au final, elle n'était pas décidée, elle considérait avoir encore quelques mois pour y réfléchir.

    Soudain, le véhicule s'arrêta. Un peu trop brusquement étant donné qu'elle avait percuté le siège avant, se réveillant sous le coup. Elle lâcha une insulte en passant ses mains sur son front, avec sa mèche, la bosse était camouflée mais le conducteur pourrait être plus prudent. Déjà qu'il était toujours en retard ! Son regard se posa sur son téléphone, observant l'heure pour soupirer bruyamment. A ce train-là, la matinée serait encore une mauvaise partie de plaisir. Le bus redémarra après un instant, un animal s'échappant sur le côté, un chat, encore un suicidaire. La demoiselle s'enfonce dans le siège, observant la vitre en silence. Il n'y avait personne à côté d'elle ; sûrement qu'aucun garçon n'avait envie de se prendre un regard noir en l'approchant. Elle ne tolérait pas être collée. C'était connu, malgré son corps bien formé, peu de garçons osaient la déranger. 

    A peine le bus freine, s'arrête, Remon glisse les lanières de son sac autour de son bras pour se lever et se diriger vers les portes qui s'ouvrent. Elle passe rapidement, se dirige vers le bâtiment principal pour rentrer. En retard, malgré elle. A cause de ce bus toujours trop lent. Ce n'est pas le plus important. Elle n'est pas stupide, elle sait depuis qu'elle est ici qu'il faut se méfier d'un homme en particulier. Celui qui croit régner sur les lieux et que personne n'ose contredire. Parfois, elle aimerait élever la voix mais elle se retient sachant que sa fougue pourrait se retourner vers elle. Plutôt que de stupidement se rendre dans le gymnase par la cour, elle avançait dans le couloir, chemin fréquemment utilisé pour rejoindre les terrains. S'il passait, ce serait forcément ici.

    - Où peut-il être....? 

    Souffla-t-elle, agacée mais aussi nerveuse. Le campus était grand. A mesure qu'elle avançait, elle apercevait une silhouette élancée et ralentissait. Soumission oblige. Ses dents se serraient sur sa jupe, elle baissait la tête avec résignation. 

    - Bonjour.... Je... m'excuse du retard. Quand préfères-tu utiliser le gymnase ? ... Nous avons bientôt une compétition.

    Polie oui, mais elle n'allait pas le vouvoyer. Ce serait trop. Elle releva son regard vers lui, pas apeurée mais mal à l'aise. Allait-il prendre en compte son avis ? Leur équipe était réputée, elle avait envie de décrocher une seconde victoire avant de quitter l'établissement.

  • MeetEvil

    03/04/2018

    Serena :

    - Si ça ne te plait pas, tu n'auras qu'à aller manger dehors.

    Elle lui adressa un sourire qui pouvait sembler amical, mais il n'en était rien. Ça voulait clairement dire que si il n'était pas content, il pouvait royalement aller se faire foutre. Mais elle ne se faisait pas de soucis, elle avait toujours bien cuisiné, donc ce sale petit con n'aurait certainement pas à se plaindre de sa nourriture. Elle massa un peu son cou le temps que le riz cuise. Cela la fit sourire de manière tordue, elle adorait se faire étranger, même si c'était dangereux, mais pour elle c'était ce qui rendait la chose encore plus excitante justement, manquer de frôler la mort à chaque fois. Cette pensée fit qu'elle sentit de nouveau de l'excitation monter en elle, elle était bonne pour changer de culotte, mais bon elle irait se laver ensuite donc pas grave. Le minuteur la sorti une fois de plus de ses pensées et elle stoppa le cuiseur avant de sortir deux assiettes et les remplir. Le curry était un plat assez simple, mais efficaces. Elle alla ensuite les déposer sur la table.

    - Viens manger.

    Elle s'installa à la place, elle avait mit le rouge en face d'elle, comme ça elle pouvait le surveiller plus efficacement que si il se trouvait à côté d'elle. Non, elle n'avait absolument pas confiance en lui. Enfin en même temps ce serait du suicide et le rouge devait certainement penser la même chose d'elle. Elle se mit donc à manger tranquillement, remettant de temps en temps une mèche blonde qui la gênait derrière son oreille. Elle massait aussi un peu son cou qui la brûlait malgré tout après avoir été étranglée de la sorte, mais elle ne se sentait pas mal, c'était simplement un réflexe de faire ça.

    - Au fait, qu'est-ce qu'on devrait faire à propos de notre épineux problème selon toi ?

  • EVOLUTION-V

    28/12/2017

    [ Ah bah ça, c'est sûr que si elle envoie la facture chez lui y devra payer ! xD Et l'image avec Queen est trop mignonne !! *w* ]

    Serena :

    Contrairement au rouge, la blonde n'avait rien contre l'étranglement, elle avait un penchant masochiste plutôt mal saint, donc ce genre de choses l'amusait plus que ça ne l'effrayait à vrai dire. Donc un sourire torve se dessina sur le visage de la jolie blonde alors que ses pupilles s'étaient dilatées sous l'excitation d ce qui était entrain de se produire. N'importe qui qui rentrerait ici maintenant les prendrait certainement pour des malades mentaux, enfin n'était-ce pas ce qu'ils étaient dans le fond ? Probablement. Les paroles du rouge l'amusèrent, il pensait réellement qu'elle allait lâcher l'affaire, il se mettait le doigts dans l'oeil et jusqu'au coude même. Ce n'était typiquement pas le genre de fille qui abandonnait au contraire, plus on la contredisait, plus ça l'encourageait à faire les choses. Aussi, elle avait également resserrer sa prise sur le cou du basketteur, elle avait plus de force que lui, elle l'avait déjà prouver, donc si il faisait comme si il ne sentait rien, il allait rapidement le regretter. Bien que le manque d'oxygène qui commençait doucement à se faire sentir chez Serena lui brouilla un peu l'esprit, même si elle trouvait ça totalement jouissif

    Elle commençait d'ailleurs à se sentir de plus en plus excitée, et frotta un peu ses cuisses l'une contre l'autre, alors qu'elle sentait le tissus de sa culotte devenir humide. Vraiment complètement folle. Malheureusement ce moment ne put se prolonger car elle entendit le minuteur qu'elle avait réglé se mettre à sonner. Ce qui la sorti de l'espèce de transe malsaine dans la quelle elle s'était enfoncée toute seule. Elle donna un coup sec du bassin pour encore leur faire changer de place et elle se retrouva au dessus de Rynosuke comme un peu plus tôt et elle lui fit lâcher son coup pour aller voir la cuisson, histoire qu'ils ne mangent pas quelque chose de cramer. Elle était passée au dessus de lui sans pression, se fichant bien qu'il voit sous sa jupe, de toute façon, il l'avait bien sautée dans les douches et masturbée dans une ruelle sombres au soir qu'ils étaient complètement bourrés, donc ce n'était certainement pas ça qui allait changer grand chose. La blonde alla donc remuer son curry et goûter aussi tant qu'à faire, voir si il manquait quelque chose, mais non, ça semblait aller, elle mit donc à cuir le riz maintenant, bien que ça allait un peu plus vite grâce au cuiseur. Puis elle pensa à quelque chose, elle avait encore des capotes ? Il ne lui semblait pas, bah tant pis, au pire elle irait prendre la pilule du lendemain. Non parce que la soirée avait bien commencé, donc elle allait certainement se terminer de la même manière, ce serait difficile de faire autrement.

  • EVOLUTION-V

    29/10/2017

    Serena :

    Oh que non, les voir aussi calme pour le moment, ce n'était absolument pas une bonne chose. Comme on disait souvent, c'était le calme avant la tempête. Face au refus du rouge de rembourser pour les dégât causés à sa fenêtre, un sourire plus large se dessina sur le visage de la blonde et en une demi-seconde le rouge se retrouva allonger sur le canapé avec Serena juste au dessus de lui, toujours le même sourire accrocher au visage. Mais une lueur indescriptible brillait dans ses yeux. Ses mains ne tardèrent pas à venir enserrer le coup de son vis à vis, assez pour lui couper légèrement la respiration, mais pas encore pour le tuer. Pas de suite, sinon ce n'était pas drôle, elle voulait encore le garder quelques temps, mais après ça ne voulait pas dire qu'elle ne s'en débarrasserait pas un jour, quand elle s'en serait lassée en gros. Finalement elle reprit la parole toujours avec ce sourire qui ne collait absolument pas à la situation qui se déroulait actuellement dans le salon ou un calme trop important régnait.

    - Tu n'as pas bien compris mon coeur, ce n'était pas une question.

    On pourrait presque dire que c'était mignon le surnom qu'elle venait de donner au rouge. Mais quand on savait que Rynosuke était comme elle, ça n'avait absolument rien de mignon franchement, même pas un tout petite peu. Ça voulait dire que son coeur était aussi cruel que elle. Elle se pencha au dessus du visage du rouge, quelques mèches blondes venant caresser celui-ci. On aurait presque pu croire qu'elle allait l'embrasser, mais il n'en était rien. Elle resserra simplement sa prise sur le cou du rouge, coupant un peu plus son souffle. En vrai, elle avait simplement envie de le regarder, voir ses réactions face à ce qu'elle faisait, même si elle était au courant qu'il réagirait moins que une personne banale si on pouvait dire ça comme ça.

    - Donc tu vas rembourser cette fenêtre jusqu'au moindre petit centime.

    Et elle allait pas lâcher l'affaire, c'était de Serena dont on parlait après tout, comme si elle pouvait vraiment laisser passer quelque chose comme ça après tout. Ce serait de la faiblesse que de ne rien dire et la jolie blonde avait horreur d'avoir l'air faible, donc c'était mort pour le rouge, il rembourserait.

  • EVOLUTION-V

    02/08/2017

    Serena :

    La blondie avait finalement décidée de faire un curry, c’était simple et efficace. Une fois décidée, elle se mit donc au boulot. Elle avait enfilé un tablier de cuisine rouge pour ne pas se salir et remonté les manches de sa chemise blanche. Puis elle s’était attaquée à la préparation des ingrédients pour le curry. Elle était concentrée dans ce qu’elle faisait, tellement qu’elle ne faisait pas vraiment attention à ce qui se passait au tour d’elle. Une fois que le tout fut mis à cuire, elle enclencha un minuteur pour que ça ne brûle pas. Elle mit aussi à cuire du ris dans la machine faite pour ça. La belle blonde s’essuya les mains avant de se retourner et ses pupilles marron rencontrèrent celle hétérochrome du basketteur. Elle n’avait même pas sursauté en le voyant, elle se contenta de continuer de le fixer tout en retirant son tablier de cuisine. Finalement elle se décida à dire quelque chose.

    - Passer par la porte serait-il trop compliquer pour toi, mon cher Rynosuke ?

    Parce que elle avait bien compris que son invité était passé par la fenêtre qu’il avait lui-même cassé. Serena s’étira doucement tout en venant se planter juste devant lui. Finalement elle posa ses bras sur ses épaules sans rien faire de plus, elle avait simplement envie de faire ça. Autant en profiter vu qu’il n’y avait que eux, peu importe comment ça tournait, violent ou non, c’était marrant de ‘’ jouer ‘’ avec le rouge, bien plus intéressant que ces chien-chien qui ne réagissaient pas. Même si bon, on avait toujours besoin d’esclave, mais quand on avait quelqu’un avec qui se prendre la tête, c’était encore plus amusant. Elle lui adressa d’ailleurs un sourire amusé avant de dire de nouveau quelque chose qui allait certainement mettre le feu au poudre les connaissant. Ils ne pouvaient pas s’en empêcher, si ce n’était pas Rynosuke qui commençait, c’était généralement Serena, c’était un cercle vicieux.

    - Au fait, pour les frais de la fenêtre, on s’est toujours pas mis d’accord.

Report abuse